quoi de plus dépaysant et de ravissant que de pique-niquer? de plus si le paysage, l'impression d'isolement renforcent le plaisir de la dégusta
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

20/01/2017

La vallée de Gripp...

... vallée en auge caractéristique d'une ère où les glaciers traçaient leur route sans soucis des obstacles, le grand maçon de la nature façonnait à sa guise, à grand coup de truelle, de taloche, les sommets s'élevaient repoussés par un bulldozer phénoménal!

Depuis la végétation s'est installée, les hommes véritables lilliputiens ont tenté de s'adapter à un climat, bien souvent hostile, longtemps leur nombre a suppléé l'absence de machine, le bétail, surtout les ovins, ont transformé des friches en riants pacages!

Cette vallée, outre le travail harassant de l'homme, s'est transformée rien que par le fait d'un passage qui a permis de communiquer avec la vallée de Barèges par le col du Tourmalet, route thermale ouverte à la moitié du XIX° siècle!

Mais bien avant madame de Maintenon traçait déjà la route, en chaise à porteur, préceptrice du duc de Maine elle partait de Bagnères vers Barèges par ce fameux col pas encore surnommé "mauvais tournant"!

Le hameau de Gripp sis au début de la redoutable montée fut aussi témoin au début des années 1930 d'un accident de tramway, une confrérie de boulangers venaient de fêter saint Honoré à Artigues, au retour les freins du tram lâchèrent et le véhicule vint s'écraser près des maisons du hameaux!

 plus gai, le passage du Tour de France cycliste, dès 1910 les forçats de la route s'aventuraient sur une voie qui n'avait de route que le nom, mauvais charroi bien souvent escaladé pedibus par des coureurs harassés ayant déjà franchi le Peyresourde et l'Aspin!

Bref une vallée de Légende que les voitures de skieurs empruntent régulièrement pour avoir accès aux champs de neige de La Mongie ou au site exceptionnel du Pic du Midi!

tout est plus  beau la haut, jamais ce slogan n'a été autant vérifié que depuis les hauteurs de Pène Lise! Holly semble bien esseulée sur cet immense champ de neige!gripp.png

19/01/2017

La glane a repris!

maïs.pngGlanez, glanez il en restera toujours quelque chose! c'est préférable à calomniez, car cela ne fait de mal à personne et rapporte bon an, mal an son lot d'épis de maïs!

cette année j'ai peu arpenté les champs de maïs, paresse, laxisme? un peu de tout cela il faut dire que notre fermier nous a amplement approvisionné, il vient d'ailleurs de passer pour payer ses fermages et de nous annoncer que nous n'avions que peu entamé notre provision de 2016, cela encourage donc un peu la paresse!

Par contre il y a parfois des événements qui poussent à reprendre ce ramassage, le fait surtout que plus personne ne ramasse cette céréale en épi,

Or un bon ami m'a donné une fort belle lapine, pas facile d'acclimater un animal en hiver, de lui demander ce qu'elle mange, on a essayé l'orge comme aux autres mais elle ne semble guère priser cette céréale, alors j'ai essayé l'épi de maïs!

bingo, elle apprécie ! donc j'ai repris mon bâton de pèlerin et suis parti par les champs, le fait d'avoir attendu fait que les épis sont visibles, il suffit de baguenauder et de se baisser!

 

 

 

 

18/01/2017

Le frère à Mias...

....et le flot de souvenirs des années Soulé remonte à la surface, sans me submerger mais pour me rappeler certains moments vécus dans l'atelier de l'outillage! Pas toujours agréables d'ailleurs, les neuf, dix heures passées debout au pied de la fraiseuse chaque jour ne constituaient pas toujours une sinécure, une espèce de microcosme aussi où s'exprimaient toutes les mouvances de la société, certains rites s'instauraient, des habitudes nées de ce "huis clos"rythmaient les heures...

Mais si on compare ces pratiques par rapport à celles d'aujourd'hui on ne peut que se féliciter d'avoir connu une période aussi sereine, sans travail intensif, où l'on avait le temps de discuter, d'échanger entre les différents ateliers, la plupart n'exagérait pas conscient du salaire et de l'effort nécessaire à la bonne marche de l'ntreprise, d'autres avaient des périodes de labeur intense puis ensuite levaient le pied et partaient discuter chasse et pêche avec leur voisin, lequel travaillait tout en discutant le "bout de gras"!

Ces rencontres "inter-atelier" dans des discussions m'ont permis de faire connaissance avec quelques membres d'une famille Carassus de Trébons, ces gars célibataires étaient passionnés de sport, de foot surtout, et venaient échanger quelques propos sur ce thème avec un de leur pote du village voisin lui même féru de foot!

Ils n'outrepassaient pas trop de ce temps de pause et j'eus l'occasion aussi de jouer contre eux un match de foot mémorable qui opposa les ateliers du haut contre ceux du bas! l'univers se décomposait ici entre le haut auquel j'appartenais et le bas où travaillaient les frères susnommés, parmi eux le plus petit d'entre eux, pourtant de taille déjà  réduite cette famille, un petit Poucet en quelque sorte, il compensait sa taille par une activité sportive hors du commun, foot, mais aussi vélo et surtout rugby, on l'avait baptisé sans méchanceté aucune : MIAS du nom du fameux docteur qui avait mené ses troupes à une fameuse saison rugbystique et la victoire contre les Springboks en 1958!

Ce matin j'ai appris le "départ" du frère à Mias, un brave garçon que j'avais croisé il y a peu au village, toujours aimable et de bonne rencontre...

l'équipe du haut avec votre serviteur, troisième debout à gauche!

soulé.png

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique