quoi de plus dépaysant et de ravissant que de pique-niquer? de plus si le paysage, l'impression d'isolement renforcent le plaisir de la dégusta
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

15/07/2016

l'aventure continue

vio.pngTierra incognita

Nos aventuriers lancés vers la quête d’un Graal encore éloigné, après s’être défoulés, trouvèrent que l’air des cimes avait bien des vertus dont celle apéritive et qu’il était temps comme on dit de « nourrir la bête » afin d’engranger les calories nécessaires à la poursuite du rêve, joyeux pique-nique avec le saucissonnage de rigueur, un petit coup de « clarete » pour se donner de l’allant, il ne manquait plus que la gourde pour faire couleur locale !

Le chemin caillouteux mobilisa toute l’attention, quelques haltes permettaient de mieux  profiter du paysage dégagé, il ne changeait guère pour l’instant du versant Français, les précipitations  en altitude sont assez semblables, il y a bien sûr  ce vent du sud qui balaie souvent la couche nuageuse, mais les sommets y servent aussi de barrière naturelle,  les pins à crochets voisinaient avec les  pierriers, quelques digitales s’insinuaient dans les anfractuosités, les saxifrages couvraient les rochers de leur feuilles duveteuses, on n’avait guère le temps d’herboriser mais quand même celui d’admirer !

Au cours de la descente le paysage évoluait, la végétation se raréfiait,  le minéral remplaçait le végétal, les teintes ocre se multipliaient à l’infini dans une palette dont la nature a seule le secret, le rio était devenu plus discret, de torrent impétueux il se muait en rivière capricante mais assagie !

Le changement d’altitude accroissait la chaleur et aussi la multiplication des sentiers, les drailles des brebis créaient des passages qui se terminaient en cul-de-sac, mais le « destin » veillait en la personne de Pablo, un ancien encore agile caracolait souvent en tête des coureurs, né aragonais , randonneur impénitent,  il connaissait toutes ces « sendas », Thierry longtemps dévolu au rôle de guide lui passa volontiers les rênes, choix judicieux qui allait permettre à la petite troupe de rejoindre Sallent de Gallego sans encombre ! charmant « pueblo » sis sur le rio Gallego, glouton chez nous, jadis exploitation florissante de sel,  depuis station thermale et départ de randonnées, elle arbore un aspect pimpant, la proximité de la station de ski d’el Formigal a permis un  essor supplémentaire par l’apport d’une clientèle touristique hivernale, quelques photos glanées avec en toile de fond la sierra del infierno, l’enfer est ici le paradis des varappeurs !  point de rendez-vous stratégique des voitures accompagnatrices, retrouvailles sobres, quelques anecdotes, un petit encas  avant de filer vers la vallée, passage par « los baños de Panticosa » autre station thermale  qui s’enorgueillit d’un cadre exceptionnel, sans parler de ces eaux revenues à la mode! Les vélos retrouvés allaient provoquer la scission de la troupe, la rugosité des sentes et leur mauvais état ne favorisaient pas le passage de ces vététistes amateurs, seul José rompu à cette discipline se joignit aux spécialistes la partie pédestre, tout le monde fut d’ailleurs impressionné par sa dextérité et la façon de porter le vélo dans les zones impraticables !

Peu de fait à noter lors de l’approche de l’étape, la charmante ciudad de Sabiñanigo, el  amigo Pablo avait proposé le pueblo de Hoz de Jaca comme ultime point de rassemblement avant de parvenir au terme de la deuxième étape !

Pequeño almuerzo, l’heure tardive des repas incitait à se prémunir au cas où…

Point de comité d'accueil dans ce pueblo fort animé, au carrefour de routes touristiques il offre une activité qui en cette fin de journée atteignait son paroxysme, le paseo commençait, les terrasses des estancos étaient animés de clients exubérants,bruyants, la tentation de s'arrêter pour déguster una cerveza était criarde mais il importait de retrouver le lieu del "descanso y de la cena"!

Peu de curiosité d'ailleurs parmi les badauds devant notre troupe en tenue sportive, l'Espagne a depuis y longtemps fait sa mutation et le short n'y est plus interdit in la ciudad...

accueil chaleureux semble un pléonasme dans ce pays réputé pour sa convivialité, une bonne douche pour se remettre les idées en place et arborer un air plus présentable, tapas y paellas achevèrent de ragaillardir nos gens, quelques verres de Somontano del Sobrarbe plus loin et certains se sentaient prêt à brûler les étapes et rejoindre Huesca!

Prudemment on monta plutôt dans les chambres pour y goûter un repos bien mérité...

soudain alors que Morphée allait ouvrir ses bras un hurlement sembla monter de la salle du restaurant, suivi d'une clameur apte à réveiller un mort! dans l'action nous avions oublié que nous étions la noche del sabado et l'espagnol volontiers couche-tard se déchaîne! la musique a évolué, finies les castagnettes et autres mandolines, la sono a remplacé les sons romantiques, les décibels sont lâchés et les musiciens avaient dû se reposer dans la journée car ils tinrent jusqu'à cinq heures du matin! inutile de dire que le sommeil fut plutôt agité!

El desayuno vint très tôt, afin d'éviter la chaleur il fut programmé très tôt!

 

 

 

13:57 Écrit par dede | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique