quoi de plus dépaysant et de ravissant que de pique-niquer? de plus si le paysage, l'impression d'isolement renforcent le plaisir de la dégusta
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

03/08/2016

Difficile compromis...

IMG_4360.JPG...ou cruel dilemme, celui par lequel doit passer l'apiculteur au moment de la récolte du miel, prendre un butin trop important et compromettre la survie hivernale de la colonie ou laisser des provisions au détriment de son profit?

un bon compromis consiste parfois à compenser le "pillage" par un nourrissement ultérieur à l'aide des sirop de glucose.

Mais hormis ces états d'âmes, l'apiculteur sait que la période de la récolte est un moment vital et que ce prélèvement est spécial car peu de métiers sont confrontés à une opération qui exige du sang-froid, de la détermination et une logistique aussi bien huilée! prélever en courant le moins de risque possible voilà la difficile équation qui attend le bonhomme et son équipe!

Dans le cas de l'équipe à laquelle je m'étais joint la difficulté était double, la position des ruches n'était guère accessible, en effet après une charretière semée d'ornières, il fallait monter un pré abrupt avant d'atteindre la lisière du bois où était postées les maisons de ces patientes ouvrières! le port manuel après avoir garé la voiture à la fin du chemin supposait une charge de 20 kilos à déplacer, donc un travail harassant!

surtout, deuxième difficulté, une région particulièrement mellifère et des ruches nanties de trois hausses, ces hausses sont les boités munies de cadres que l'on rajoute au corps de ruche pour que les abeilles y stockent le produit de leur récolte, le contenu de ces hausses est la paye de l'apiculteur, donc de vrais buildings que ces ensembles et des récoltes de soixante kilos parfois!

Le pactole donc mais aussi tous les dangers car le volume de l'habitation supposait un nombre en rapport d'ouvrières, au bas mot quatre-vingt mille dards prêts à défendre le fruit de leur travail,si au départ on enlève la première hausse en chassant les ouvrières par la fumée de l'enfumoir, elles descendant d'un étage en se serrant un peu mais lors de l'extraction de la seconde, l'espace du bas devient réduit et cela provoque bien sûr une surpopulation, l'extraction de la troisième hausse rend la situation intenable et l'opérateur subit un vrai harcèlement!

08:46 Écrit par dede | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique