quoi de plus dépaysant et de ravissant que de pique-niquer? de plus si le paysage, l'impression d'isolement renforcent le plaisir de la dégusta
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

06/10/2016

Un attrait irrrésistible...

IMG_4496.JPG...c'est celui qu'exerce sur nous la cité de Collioure, nous venons de passer trois jours sur la Côte Vermeille, ce rivage qui ourle ce pays catalan aux couleurs or et jaune comme ce soleil rayonnant qui nous accompagna tout au long de ce séjour!

Outre le site exceptionnel de cette cité, l'un des joyaux de la côte, la mémoire est aussi responsable de cet attrait, déjà la route fut une invite à un plaisir partagé il y a bien longtemps, images sans doute magnifiées par les souvenirs heureux qui parsèment ces paysages synonymes de vacances, premiers départs en nos vertes années quand nous découvrions cette route tortueuse parsemées de sites prestigieux, même le dénuement de l'Ariège et ses villages bien souvent sinistrés ne parvenait pas à éteindre notre enthousiasme et notre soif de découverte,

le château de Foix nous apparut comme le symbole d'un passé riche  de prestigieuses forteresses Cathares, nous ignorions encore celle de Montségur mais  celle de Puivert bien présent ouvrait l'accès aux gorges de Saint-Pierre du Lys, monument minéral où la route semble se heurter aux murailles colossales!

Nous jaillissions alors vers la lumière naturelle de cette région, le soleil nous apparut écrasant, les paysages brûlés, vibrant sous les premiers friselis des cigales, villages intégrés au maquis, se confondant avec la roche calcaire, ruelles, presque venelles, semblant interdire toute intrusion et s'ouvrant brusquement sur notre passage, on y devinait ces maisons serrées les unes contre les autres afin de se protéger des rayons ardents comme ces troupeaux de moutons faisant le dos rond pour chercher un peu d'ombre!

Les premières rangées de platanes annonçaient les rivages dorés, leur penchant, plus qu'un long discours, racontait la lutte permanente de ces fûts contre un ennemi invisible mais d'autant plus  redoutable, ce vent qui balaie la région des jours durant et fait passer d'une chaleur saharienne  à un froid venu des sommets, cette tramontane qui peut vous renverser si vous n'y prenez gare au sortir de l'abri d'un mas!

Le sable sur les bas-côtés était symptomatique de la proximité de  la grande bleue, nous la découvrîmes la première fois en arrivant presque dessus, il faut dire que la plage d'Argelès ne brille pas par son relief, mais elle nous apparut comme magique, nous ne connaissions que l'océan du Pays Basque et ses vagues déchainées, nous découvrions la Mare Nostrum à l'eau étalée, Collioure restait encore un lieu inviolé...

20:40 Écrit par dede | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique