quoi de plus dépaysant et de ravissant que de pique-niquer? de plus si le paysage, l'impression d'isolement renforcent le plaisir de la dégusta
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

30/10/2016

chaque détail révélé...

IMG_4567.JPG...je venais de croiser notre laitier, suivi ou précédé de son fidèle Labrit gambadant il revenait d'accompagner son troupeau de Montbéliardes sur les pâtures, un bon kilomètre, petit exercice de digestion car je sais qu'il casse la croûte en ces heures matinales, après avoir tiré le lait, nourri ses belles il les amène promener sur les hauteurs, ces animaux dociles et bienveillants avaient parsemé le goudron de quelques trainées odorantes, cela ne me contrariait guère car le vent du sud qui soufflait des sommets balayait en un tour de main les odeurs  puissantes de l'étable!

c'est, amorçant le virage à angle droit qui part vers Orignac, que j'aperçus simultanément le pacifique troupeau et la silhouette fière et arrogante du Montaigu, chaque détail de cette muraille transparaissait avec une netteté incroyable, comme stylisé, gravé dans le granit, sommet peut être moins emblématique que son voisin le Pic mais porteur de bien des secrets en son sein, j'y quérais naguère quelques myrtilles à ses pieds altiers, j'embrassais de la haut toute la plaine jusqu'à Pau, m'émerveillais d'un panorama exceptionnel, je savais que les chasseurs y vont en cette saison chasser le ramier sauvage, les postes sont plus rares, la palombe plus capricieuse mais il y a toujours des pêcheurs de lune pour rêver à d'impossibles trophées, pour bâtir, non des châteaux en Espagne, mais des cabanes en pierre de taille, refuges précieux comme chante Le Cantagoy Edmond Duplan, point d'amours clandestines pourtant en ces lieux enchanteurs quoique l'amour des sommets est souvent plus fort  que celui d'une maitresse!

mon imagination rebondissait au gré de mes souvenirs, je n'en finissais pas de décrire les émotions éprouvées en ces lieux magique! la vallée de Lesponne vassale de ce géant modeste et si luxuriante en toute saison, baignée des teintes automnales, le doux tintement des clarines accompagnant le broutement paisible des ovins, ces habitants fiers de leur privilège de jardinier de la montagne, ces amis conquis au fil des années de quête et de promenade à leur rencontre!

Mais les bovins n' ayant cure de mon lyrisme, détachaient d'un mufle gourmand l'herbe encore imprégnée de rosée et Jean-Jacques allait préparer les litières, tirer le fumier, vaquer à ses occupations routinières la laiterie ne connait pas de jours de répit!

 

14:50 Écrit par dede | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique