quoi de plus dépaysant et de ravissant que de pique-niquer? de plus si le paysage, l'impression d'isolement renforcent le plaisir de la dégusta
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

31/10/2016

Avez-vous lu Candide?

voltaire.jpg

le sémillant François-Marie Arouet en son adolescence candide

j'avoue que de mon côté je ne me suis guère penché sur ce personnage dont la candeur m'a toujours paru sinon suspecte du moins peu adaptée à notre époque, j'ai découvert quelques extraits de ce livre et ma foi ils m'ont semblé un peu désuet, la satire y affleure, on vilipende la noblesse, la guerre, les penseurs bien pensants, la société en fait, à l'instar des fables de la Fontaine avec moins de finesse chez Voltaire, c'est mon avis...

Candide en son jardin semble le refuge de la sagesse et l'accomplissement de l' homme dans le travail manuel, cette conception ne me déplait point tant on minimise les activités manuelles, l'orientation des jeunes se fait par le haut, souvent par défaut j'ai relevé d'ailleurs en souriant que le dénommé Jean Teulé écrivain un brin pamphlétaire avait échappé de justesse à une orientation vers le technique du fait de son manque de résultats qu'il imputait à une paresse passagère! Ouf il avait échappé au purgatoire!

sinon en lisant quelques détails de la vie de cet homme, en particulier son implication dans l'affaire Calas, ce négociant toulousain accusé de la mort de son fils, surtout victime de son appartenance à l'église réformée, Voltaire prit fait et cause pour Calas sans pouvoir le faire gracier! il faut reconnaitre son rôle dans cette cause délicate!

En dehors de cet esprit éclairé bien des zones d'ombre dans sa vie, apparemment il ne fallait pas critiquer son oeuvre et bien des jeunes talents furent éreintés par le philosophe qui avait le bras long!

Sur la cinquantaine il prit sa petit nièce comme maitresse, histoire sans doute de donner un peu de vigueur à une libido chancelante!

Donc comme on dit en Espagne: Sol y sombra pour cet érudit qui quand même reste l'un des personnages clés de son époque

12:43 Écrit par dede | Lien permanent | Commentaires (1)

30/10/2016

chaque détail révélé...

IMG_4567.JPG...je venais de croiser notre laitier, suivi ou précédé de son fidèle Labrit gambadant il revenait d'accompagner son troupeau de Montbéliardes sur les pâtures, un bon kilomètre, petit exercice de digestion car je sais qu'il casse la croûte en ces heures matinales, après avoir tiré le lait, nourri ses belles il les amène promener sur les hauteurs, ces animaux dociles et bienveillants avaient parsemé le goudron de quelques trainées odorantes, cela ne me contrariait guère car le vent du sud qui soufflait des sommets balayait en un tour de main les odeurs  puissantes de l'étable!

c'est, amorçant le virage à angle droit qui part vers Orignac, que j'aperçus simultanément le pacifique troupeau et la silhouette fière et arrogante du Montaigu, chaque détail de cette muraille transparaissait avec une netteté incroyable, comme stylisé, gravé dans le granit, sommet peut être moins emblématique que son voisin le Pic mais porteur de bien des secrets en son sein, j'y quérais naguère quelques myrtilles à ses pieds altiers, j'embrassais de la haut toute la plaine jusqu'à Pau, m'émerveillais d'un panorama exceptionnel, je savais que les chasseurs y vont en cette saison chasser le ramier sauvage, les postes sont plus rares, la palombe plus capricieuse mais il y a toujours des pêcheurs de lune pour rêver à d'impossibles trophées, pour bâtir, non des châteaux en Espagne, mais des cabanes en pierre de taille, refuges précieux comme chante Le Cantagoy Edmond Duplan, point d'amours clandestines pourtant en ces lieux enchanteurs quoique l'amour des sommets est souvent plus fort  que celui d'une maitresse!

mon imagination rebondissait au gré de mes souvenirs, je n'en finissais pas de décrire les émotions éprouvées en ces lieux magique! la vallée de Lesponne vassale de ce géant modeste et si luxuriante en toute saison, baignée des teintes automnales, le doux tintement des clarines accompagnant le broutement paisible des ovins, ces habitants fiers de leur privilège de jardinier de la montagne, ces amis conquis au fil des années de quête et de promenade à leur rencontre!

Mais les bovins n' ayant cure de mon lyrisme, détachaient d'un mufle gourmand l'herbe encore imprégnée de rosée et Jean-Jacques allait préparer les litières, tirer le fumier, vaquer à ses occupations routinières la laiterie ne connait pas de jours de répit!

 

14:50 Écrit par dede | Lien permanent | Commentaires (0)

Libération des moeurs?

Dans ma jeunesse une telle liberté de parole m'eut offusquée!

j'attendais sagement dans l'officine l'exécution de l'ordonnance, justement c'était la patronne qui s'affairait avec beaucoup d'amabilité

à cet instant survient une dame d'un "certain" âge, elle embrasse l'une des préposées à la vente,  signe d'une certaine familiarité qui allait se confirmer dans la conversation, monologue semble d'ailleurs plus approprié à ce qui va suivre, manifestement la dame âgée venait de subir une introspection délicate, oyez plutôt:

- on ma placé une canule dans le vagin je ne vous dis pas!

elle joignait sûrement le geste à la parole, mais gêné je n'osais pas constater de visu les dimensions de l'engin introduit!

cela ne jeta pas un froid mais la vendeuse resta coi,  quant à la patronne j'admirais son self contrôle, elle demeura impassible alors que la dame à-côté continuait de parler de ses problèmes génitaux, évoquant une douleur si intense que nous n'étions pas loin de compatir!

quand une seconde cliente entra ce fut le bouquet, elle connaissait la martyre, et alors que celle-ci l'interpellait aimablement, la nouvelle  lui répliqua:

- Oh toi ça va je m'intéresse plutôt à ton mari!

Je vis la patronne pâlir, repousser à grand peine une grimace, je pris mes médicaments et sortis un brin outré mais surtout malheureux pour la jeune vendeuse qui risquait de subir une semonce!

nous eûmes donc droit au monologue du vagin,sans que cela fut du théâtre!

Peut-on causer de tout, évoquer ses problèmes intimes en société? je vous laisse juge...

12:22 Écrit par dede | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique