quoi de plus dépaysant et de ravissant que de pique-niquer? de plus si le paysage, l'impression d'isolement renforcent le plaisir de la dégusta
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

04/12/2016

La route des gués!

il est des routes qui paressent, s'élèvent en douceur, serpentent au gré de leur fantaisie, ne semblent obéir à aucune règle si ce n'est celle, sinon d'une humeur vagabonde, plutôt de quelques parcelles de terrain non sécables qui imposent ce tracé buissonnier!

faisant fi de ces calculs agraires la route des gués a opté pour un tracé peu tourmenté, elle gravit la pente en minimisant les lacets, choisit semble t-il le plus court chemin pour se hisser vers le sommet du coteau, cette rigueur se traduit par une pente peu amène voire rébarbative au cycliste ignorant qu'il s'aventure sur des routes mal famées, il peut alors philosopher, jouer avec les mots:

- délassé ou des lacets? ces derniers propices à la récupération par une moindre pente, leur absence laisse l'inconscient aux prises avec la ligne droite synonyme de rigueur, cela me rappelle la fameuse Raffarinade :

- Notre route est droite, mais la pente est forte!

du sang, de la sueur et des larmes?  quand même pas!

En cycliste chevronné, un euphémisme pour éviter le terme vieillissant, j'avais opté pour un train de sénateur, encore du Raffarin dans le texte? et un braquet très doux pour gommer ces pentes redoutables, j'en profitais pour apprécier les teintes automnales, constater que beaucoup de frondaisons ont rendu les armes, que les bas-côtés ont recueilli des couleurs diaprées qui masquent parfois le gravier roulant, il faut d'ailleurs se méfier de ces parties humides et glissantes que la griserie de la descente nous fait oublier! passer le gué signifie aussi parfois mouiller les pneus, comme entre Poumarous, le pays de la pomme et Oléac-Dessus, sans doute celui des huiles?

Outre ces reliefs accidentés le ruisseau Larret issu des Baronnies toute proches se scinde en deux branches et le géographe local mâtiné d'occitan les a différenciées en leur accolant deux substantifs: Daouan, devant,  et Darré, derrière, ce matin les rives de ce dernier se teintaient d'une gelée tenace alors que les sommets se chauffaient déjà au vent du sud, contraste saisissant et "caillant" que l'effort exigé par la pente atténuait rapidement!

Pour peu qu'on n'aie pas le G.P.S. on peut aussi se fourvoyer sur ce sentier peu cyclable!

nicla 006.JPG

12:06 Écrit par dede | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique