quoi de plus dépaysant et de ravissant que de pique-niquer? de plus si le paysage, l'impression d'isolement renforcent le plaisir de la dégusta
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

15/01/2017

La ronde continue...

...pas celle de notre jeunesse qui nous mêlait souvent filles et garçons en dansant la capucine!

mais celle de la galette des rois, belle occasion de se retrouver dans une ambiance chaleureuse, la froidure hivernale fait mieux apprécier la douceur de la pièce, le poële qui ronfle ajoute une impression de bien-être et de torpeur bien agréables!

Tout était donc réuni pour une excellente fin d'après-midi,la tarte à la frangipane semblait bien appétissante, la tourte maison avait fière allure, nous découvrions le cidre bien frais, gouleyant à souhait, la surprise du chef fut cette crème  parfumée à la cannelle accompagnée d'une boisson chaude à son goût!

On se trouvait bien sûr en terrain de connaissance et les hasards des rencontres que l'on peut qualifier de matrimoniales m'ont permis de retrouver une ancienne résidente de ce fameux quartier du Pouey dont chacun garde un souvenir mémorable, on ne se lasse d'ailleurs pas d'évoquer cette entité qui a marquée notre enfance, notre amie vivait encore plus en osmose avec le voisinage, près du Pont de ls Sarre dans une cour qui jouxtait la place Charles Dancla, on ne pouvait pas être plus au coeur du quartier avec les galeries et balcons qui donnaient sur cette placette!

Tout à fait l'ambiance ibérique, une petite Espagne s'épanouissait sous les yeux curieux et éberlués des badauds, les odeurs de soupe à base de tomates, oignons, aulx vous attiraient irrésistiblement, les gens s'interpellaient d'un appartement à l'autre, aucune intimité parfois tant les murs étaient en carton, on n'avait pas besoin d'ouvrir les oreilles pour percevoir les conversations animées souvent, disputes et silences embarrassés les lessiveuses fumaient sur les cuisinières à bois, lâchant de temps en temps un jet de vapeur, telles des locomotives annonçant l'entrée en gare!

J'ai encore en mémoire le cri strident de madame J.: R A    PHA   EL!

nul doute que le garnement aurait dû se faire tirer les oreilles souvent vu les frasques qu'il cumulait mais la maman criait beaucoup mais sévissait peu!

La rue Virginie LAURIERE embaumait des effluves de pain frais, dans le sous-sol le père B. pétrissait entouré d'un nuage de farine, son épouse petite et menue s'affairait autour du comptoir, on pesait encore le pain, la grande balance à fléau en laiton éclairait la pièce sombre de mille feux, le pain blanc était apprécié, la guerre avait lassé du pain de seigle et autres farines sombres, on se régalait de pain à la levure...

On ne consommait pas de viande tous les jours mais malgré cela la boucherie Rousse tout à côté ne chômait pas,  car sa réputation faisait accourir les chalands des quartiers plus huppés, on les snobait un peu ces "étrangers" leur présence créait des petits groupes qui, pour une fois chuchotait des secrets bien souvent sans intérêts sauf pour le cercle de commères!

Nous avons évoqué tout cela sous l'oeil bienveillant de nos voisins, un peu surpris d'un tel engouement pour un quartier somme tout populaire, voire populeux, sans attrait majeur pour le passant, tout comme une pépite il fallait gratter la gangue pour en découvrir la profonde empathie qui y régnait, cette solidarité, cet échange, cette vie qui drainait les personnes tard dans la nuit sur les pas de porte alors que les jeunes tournaient sans arrêt à leur rythme, les épreuves d'endurance étaient déjà d'actualité!

Et puis on a parlé de tout et de rien, de ces potins insignifiants, de ces anecdotes pêchées au village, bref on a sans doute médit un peu, sans méchanceté, appris avec émotion une fantastique nouvelle...

IMG_4438.JPGUn aspect de la place Charles DANCLA qui a trouvé une architecture harmonieuse par les ravalements successifs, le bâtiment en face, l'ancien café "chez Maria" a perdu en pittoresque ce qu'il a gagné en prestance...

 

12:28 Écrit par dede | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Quel plaisir de te lire ! Au delà des mots ce sont les bruits, les odeurs les couleurs qui me reviennent en mémoire... à un moment de ma vie je, ne savais plus si j'étais française ou espagnole...mais une chose était sûre, c'est que j'étais du Pouey!
Merci de te souvenir de tant de choses, de tous ces personnages si pittoresques et hauts en couleur qui faisaient partie de notre quotidien...et surtout de le faire partager !
Nous avons également passé un très agréable moment en votre compagnie...
Amicalement,
Josette et Daniel

Écrit par : arcas | 15/01/2017

Des moments forts que ceux vécus dans les premières années de notre vie, un ambiance si festive que cela ne peut qu'être inoubliable!
j'ai retrouvé le récit du guérilléro quiquou, je te le ferai passer, sans doute un peu hâbleur comme tu le laissais entendre hier, ayant quand même vécu intensément! il est dommage que sur la fin de sa vie ses filles l'aient détourné de ses garçons que j'ai toujours appréciés, surtout Mario disparu prématurément, les autres je les ai un peu perdu de vue,
les familles nombreuses se côtoyaient fréquemment à l'école primaire!
bises
Dédé

Écrit par : Andre | 15/01/2017

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique