quoi de plus dépaysant et de ravissant que de pique-niquer? de plus si le paysage, l'impression d'isolement renforcent le plaisir de la dégusta
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

05/02/2017

La forêt m'a parlé...

...parfois elle murmure, un son inintelligible, celui d'une brise venue des Pyrénées, ces matins d'été où l'air léger semble vous hisser vers les sommets, tout semble facile alors, la température douce, l'espoir de côtoyer les beautés révélées par la pureté et la transparence maltudinales!

Ce matin l'ambiance était peu amène, les bourrasques faisaient ployer les arbres déplumés, aucun son distinct émis sinon le gémissement des ramures torturées!

c'est en m'élevant que j'ai entendu ce murmure devenu distinct quand, des arbres rapprochés, j'ai écouté le langage de la forêt...

Il m'a évoqué ces vérités premières: que le vent sait être notre allié, qu'au lieu de râler contre ses sautes d'humeur il faut savoir l'apprivoiser, ne point essayer de l'affronter de face, l'humain malgré certains pauvres pouvoirs ne sait pas encore résister à cette puissance invisible, certains soit disant redoutables, comme le chêne de la fable, s'y sont brisés le nez et subi l'affront suprême d'être déraciné!

Doit-on à l'instar du roseau plier, se laisser caresser voire rudoyer sans pour autant céder? c'est une façon de faire proche de celle de nos hommes politiques et autres stratèges qui refusent le combat de face, louvoient et sauvent souvent la face, y perdent-ils leur honneur? on serait tenté de le croire tant l'habileté réussit parfois où la force échoue mais sans doute la fierté est parfois écornée par tant de compromis esquissés!

La chanson de la forêt me portait alors, me hissait vers ce coteau d'où je comptais dévaler vers le gué de Larret, mais le ruisseau était resté sage, point de crue à photographier, je décidais donc du chemin rebrousser, je craignais le vent contraire mais Eole s'était calmé et me permis de me hisser sans gros frais!

Les arbres décharnés et le piémont enneigé s'offrirent alors à mes clichés!

La descente ne fut guère voluptueuse, la forêt s'était tue comme si elle me reprochait de la quitter!

14:27 Écrit par dede | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Bonjour, pas trop le moral ?

Écrit par : Lady Catherine | 05/02/2017

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique