quoi de plus dépaysant et de ravissant que de pique-niquer? de plus si le paysage, l'impression d'isolement renforcent le plaisir de la dégusta
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

22/12/2014

Humour matinal...

Pa toujours facile à manier cet humour, souvent l'humeur est chagrine dès potron-minet, surtout en cette saison où le soleil a tendance à paresser et que l'obscurité envahit la plaine...

Pourtant la jeune stagiaire à la boulangerie sait faire preuve de cet esprit de dérision fort plaisant, vive et décidée elle s'empresse:

- et pour vous?

- Un 500!

- ah non! un  400!

le boulanger tout près met tout le monde d'accord: la pâte pèse 500 g et après la cuisson 400 g!

phénomène classique d'évaporation de l'eau lorsqu'on la chauffe...

Sans se démonter la petite, bien en chair, réplique:

- eh bien c'est-ce qu'il me faudrait à moi pour maigrir , passer dans le four!

J'admets volontiers que ce mode d'amincissement s'il est révolutionnaire ne fera point la une des revues toujours en quête de menus pour :

-soit faire perdre quelques kilos avant les fêtes!

- soit évier d'en prendre "sans vous priver"!

bref la quadrature du cercle, déguster les chocolats sans prendre du poids!

en tout cas le pain est fameux et l'humour heureux!

08:05 Écrit par dede dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

19/12/2014

Malgré la grisaille ambiante...

...il existe toujours quelque part, sinon un coin de ciel bleu, du moins un havre de paix où il fait bon se réfugier!

Cela dépend bien sûr de chacun, les goûts et les couleurs c'est bien connu ne se discutent pas, ce peut être un fauteuil confortable, une émission de télé favorite, un morceau de musique apprécié, un livre que l'on parcourt avec une amorce de sourire au coin des lèvres, un dessin sur lequel on essaie de capter l'expression d'un visage, un tricot que l'on destine à un petit-enfant en imaginant, sinon sa joie, du moins le futur bien-être prodigué...

Bref pour peu que le ciel soit gris dehors, qu'un crachin ou une averse noie le paysage, on esquisse un soupir parfois pour apprécier le confort, la tranquillité en vivant ce moment avec une sérénité bienfaisante!

C'est sans doute en songeant à ces asiles de paix que le naturaliste, le "conservateur" a conçu des lieux où les animaux, les oiseaux peuvent se réfugier pour échapper à la curiosité des visiteurs, à ce sujet bien des zoos devraient réfléchir et créer des espaces d'intimité afin qe les pensionnaires malgré eux puissent échapper au voyeurisme!

j'ai appris récemment qu'une réserve ornithologique sise à Puydarrieux proposait un de ces coins tranquilles à la faune ailédont, le nom est tout un programme: zone de quiétude convient très bien à ce refuge où les oiseaux peuvent nicher et ainsi oublier les visiteurs intrusifs!

Par contre l'humain a aussi besoin de se changer les idées, c'est mon cas, si la météo n'est pas trop "pourrie" je m'arme d'un parapluie, d'une paire de bottes et vais courir la campagne en quête d'images pour égayer la grisaille, c'est ce que je fis en ce mardi sinistre mais tout de même ensoleillé par les ors automnaux des hêtres et la rousseur des chênes encore feuillus,

Toujours ce coin de ciel bleu...

chata 001.JPGchata 002.JPGchata 003.JPG

 

07:31 Écrit par dede dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

17/12/2014

Quand bio rime avec idiot!

Pour ne pas être plus grossier!

Voilà les faits, afin de nous épargner du travail nous avions décidé de vitrifier le parquet de notre chambre à coucher, le fait d'y passer plusieurs heures nocturnes nous incita à recourir à un vitrificateur bio, nous élimerions ainsi toutes les émanations toxiques des produits nocifs!

ce qui fut fait, à l'aide du rouleau nous passâmes la couche protectrice et le résultat fut ma foi plaisant!

Par contre la suite fut moins "reluisante" quand, en passant le balai, Annie s'aperçut que quelque chose accrochait à la brosse et, malédiction! elle vit que la couche se pelait!en effet des plaques, oh petites, partaient si l'on frottait un peu fort, cela avait l'aspect d' une surface, disons mouchetée, pour ne pas la qualifier de lépreuse!

Bref il fallait aviser, la période estivale ne se prêta  pas à ce genre de réfection nous attendîmes, il faut le préciser aussi,  peu enclins à un ponçage fastidieux et peu gratifiant!

Mais comme aucune force divine ne venait à notre aide, que quelques baguettes magiques ne décapait la surface on acheta de la paille de fer, cette bonne vieille paille de fer qu'utilisait nos parents et nous même pour ces tâches ingrates!

L'approche ne fut guère concluante, Annie plus patiente commença cette opération lente, alors que votre serviteur chercha une méthode plus rapide, la ponceuse à bande fut abandonnée car performante mais donnant plus de travail par la poussière engendrée à éliminer lors du nettoyage, j'essayai à tour de rôle le ciseau à bois utilisé en tirant et puis le papier-verre fixé sur un support donna des résultats ma foi assez probants, par contre il fallait brosser régulièrement la surface qui ponce pour éliminer les filaments qui l'encrassaient!

Alors que j'étais à genou je songeais au tableau de Gustave Caillebotte  admiré au musée d'Orsay, ce fut d'ailleurs un vrai choc que cette immense toile où les compagnons s'escrimaient munis de leur grattoir!

On reprenait ainsi ces gestes anciens, à une époque où la vitesse est privilégiée, revenir à des actions plus manuelles relativise bien des choses!

img6555.jpg

07:44 Écrit par dede dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique